Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


TRADUISEZ LE SITE ICI !!!
SANGÖ TI KODRÖ, Nous rapportons au peuple ce qui se fait, se vit ou se murmure en Centrafrique et au delà des frontières                      FLASH INFO ***   ACTUALITE : (CENTRAFRIQUE) Françis BOZIZE et Nouredine ADAM seraient les principaux commanditaires de ce projet de mutinerie en Centrafrique    JUSTICE : Le Tchad s'agite devant la volonté des ONG centrafricaines de traduire Idriss Deby en justice    EDUCATION : 380 jeunes sont récompensés par un certificat de fin de formation    SANTE : Les villages de Goulanga et Sakaï 2 dans les communes de Bimbo 3 et 4, bientôt disposeront d'un dispensaire    SECURITE : (CENTRAFRIQUE) Françis BOZIZE et Nouredine ADAM seraient les principaux commanditaires de ce projet de mutinerie en Centrafrique    POLITIQUE : La Centrafrique toujours "en danger" prévient Touadéra après 100 /    ECONOMIE : Plusieurs entreprises chinoises bientôt en Centrafrique, selon le ministre de l’économie Félix Moloua    OPINION : (RCA) La paix passe par l'élimination des mercenaires dans le pays /    SPORT : (FOOTBALL) Le PSG se régale en atomisant par 4 - 0 le Fc Barcelonea    MUSIQUE : Le 24 Avril, disparution de Papa WEMBA, désormais Journée Africaine de la Musique    INTERNATIONAL : (GAMBIE) Le soldat suspecté de vouloir assassiné le président Adama Barrow est toujours au arrêt        E-mail : sangotikodro1@gmail.com      Tél : (00236)72814948
Cliquez pour lire la suite

TLEVISION CENTRAFRICAINE

L'Etat, l'armée, l'économie, mais aussi les médias, tout est à reconstruire en Centrafrique et c'est une femme de caractère qui relève un défi fou: diffuser les messages de réconciliation de la Télévision centrafricaine (TVCA) au-delà de la capitale Bangui.
 
Ce dimanche soir, Lydie Nzengou cumule les casquettes de directrice générale de la TVCA et d'animatrice d'une table ronde sur la première année de mandat du président Faustin-Archange Touadéra, dans un studio décoré de trois affiches à la gloire du chef de l'Etat.
 
Retour des déplacés, eau, latrines, électricité... La bientôt quinquagénaire aborde les soucis quotidiens d'un pays classé 188e et dernier à l'Indice de développement humain (IDH) des Nations unies en 2015.
 
Avec calme et autorité, la professionnelle de la communication donne la parole à des directeurs de cabinets ministériels, qui énoncent leurs bonnes intentions sur un ton très institutionnel, comme sur les chaînes d'Etat des autres pays d'Afrique centrale, inféodées au pouvoir.
 
- Pas d'émetteurs -
 
Petite différence: "Pour le moment, la télévision centrafricaine n'émet que dans Bangui et ses environs", explique à l'AFP sa directrice générale. La Centrafrique manque d'émetteurs pour porter le signal de la télévision et la radio nationales à l'intérieur d'un pays de près de 5 millions d'habitants de la taille de la France et la Belgique réunies.
 
"Le principal enjeu, c'est que chaque Centrafricain, dans les coins les plus reculés, puisse regarder la télévision centrafricaine. Avec la radio, c'est le premier outil pour véhiculer des messages de paix et de réconciliation", poursuit Lydie Nzengou, reprenant le discours du président Touadéra.
 
Le gouvernement a passé une convention avec une société italienne, Téléconsult, pour installer les pylônes de la bonne parole dans les 16 préfectures du pays. Un test doit être pratiqué lundi sur un pylône de 110 mètres à Boali à 100 km de Bangui. Téléconsult espère que le déploiement sera achevé d'ici 15 mois.
 
Le défi est de taille alors qu'une grande partie du territoire est encore sous la menace de bandes armées issues de l'ex-rébellion musulmane Séléka et de groupes d'auto-défense majoritairement chrétiens anti-balaka et que le pays compte près de 900.000 déplacés et réfugiés.
 
"Je passe la plus grande partie de mon temps à me mettre en colère et à crier", soupire la directrice générale, Centrafricaine de la diaspora qui a quitté une vie confortable en France pour revenir dans son pays qu'elle avait quitté après le lycée.
 
- Délestages et piratage -
 
Après des études en communication, une carrière aux Nations unies et un passage au cabinet du président de l'Assemblée nationale de Centrafrique, cette bi-nationale franco-centrafricaine découvre les "délestages" (coupures de courant), des journalistes-fonctionnaires du ministère de la Communication en mal de formation et des pénuries de matériel.
 
"Les monteurs, les cadreurs, les réalisateurs, les journalistes... Nous avons essayé de faire le maximum. Mais nous ne pouvons plus aller plus loin. On va stagner tant qu'il n'y aura pas de formation", se désole-t-elle, rappelant que la TVCA a été l'une des dernières télévisions au monde à passer de l'analogique au numérique il y a quelques mois.
 
Le matériel est rudimentaire, à l'image des trois petites caméras légères qui filment la table ronde. Disponible sur CanalSat en Afrique, la TVCA présente souvent un son saturé et presqu'inaudible et des images de mauvaise qualité.
 
"Nous avons des bancs de montage primaires, avec un logiciel qui a été +craqué+. C'est du piratage. Et ça plante tout le temps", dit-elle. Un de ses collaborateurs demande d'ailleurs à un journaliste de passage s'il ne pourrait pas copier son logiciel de montage.
 
Récemment, la Mission des Nations unies en Centrafrique (Minusca) a prêté des moyens techniques à la TVCA pour la retransmission "live" de deux matches de basketball, le sport-roi en Centrafrique.
 
L'équipe nationale a perdu mais la TVCA y a vu un signal de retour à la normale, à l'image du pouvoir exécutif à l'affut du moindre signe positif même s'il peine, lui aussi, à marquer sa présence au-delà de Bangui.

AFP
 

Tag(s) : #Societe, #DEVELOPPEMENT, #Actualité

Partager cet article

Repost 0

FAIRE UN DON

Moi, J'aime SANGÖ TI KÖDRÖ et toi ?