Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


TRADUISEZ LE SITE ICI !!!
SANGÖ TI KODRÖ, Nous rapportons au peuple ce qui se fait, se vit ou se murmure en Centrafrique et au delà des frontières                      FLASH INFO ***   ACTUALITE : (CENTRAFRIQUE) Françis BOZIZE et Nouredine ADAM seraient les principaux commanditaires de ce projet de mutinerie en Centrafrique    JUSTICE : Le Tchad s'agite devant la volonté des ONG centrafricaines de traduire Idriss Deby en justice    EDUCATION : 380 jeunes sont récompensés par un certificat de fin de formation    SANTE : Les villages de Goulanga et Sakaï 2 dans les communes de Bimbo 3 et 4, bientôt disposeront d'un dispensaire    SECURITE : (CENTRAFRIQUE) Françis BOZIZE et Nouredine ADAM seraient les principaux commanditaires de ce projet de mutinerie en Centrafrique    POLITIQUE : La Centrafrique toujours "en danger" prévient Touadéra après 100 /    ECONOMIE : Plusieurs entreprises chinoises bientôt en Centrafrique, selon le ministre de l’économie Félix Moloua    OPINION : (RCA) La paix passe par l'élimination des mercenaires dans le pays /    SPORT : (FOOTBALL) Le PSG se régale en atomisant par 4 - 0 le Fc Barcelonea    MUSIQUE : Le 24 Avril, disparution de Papa WEMBA, désormais Journée Africaine de la Musique    INTERNATIONAL : (GAMBIE) Le soldat suspecté de vouloir assassiné le président Adama Barrow est toujours au arrêt        E-mail : sangotikodro1@gmail.com      Tél : (00236)72814948
Cliquez pour lire la suite

ENFANTS SOLDATS

Miliciens de l'UPC (branche des ex-Seleka) devant un jardin d'enfants à Ngadja, province de Ouaka, en Centrafrique, le 25 janvier 2017.

Selon l'ONU, environ 20 % des élèves centrafricains sont aujourd'hui encore privés d'école à cause du conflit. Soit un petit Centrafricain sur cinq. L'organisation Human Rights Watch publie ce jeudi 23 mars un rapport pour dénoncer cette situation.

Dans de nombreuses préfectures du pays, des groupes armés, en majorité Seleka, occupent encore des écoles qu'ils utilisent comme bases ou comme baraquement. Par ailleurs, les écoles ont souvent été endommagées.

Soit il y a des combattants dans les écoles même, explique à RFI Lewis Mudge, chercheur auprès de la division Afrique d'Human Rights Watch et co-auteur de ce rapport, soit ils sont tout proches et empêchent les élèves d'y accéder. Soit encore les écoles ont carrément été détruites.

Livres scolaires vandalisés

Autre cas de figure, l'école est libre de tout occupant mais inutilisable parce que le matériel a été abîmé. « Ce que tous les combattants ont fait – soit anti-Balaka ou soit Séléka – ils ont brûlé les tables, parce que les combattants ont besoin de bois pour préparer des choses à manger », poursuit Lewis Mudge.

Les livres scolaires ont aussi été vandalisés : « des livres scolaires ont été brûlés par des combattants. Forcément, c’est les Séléka : pour vous punir on va brûler tous le matériel scolaire !»

HRW dit avoir constaté deux cas où ce sont des soldats de la MINUSCA qui occupaient des écoles, mais assure que dès que les hiérarchies ont été informées de la situation, celles-ci ont été évacuées.

 

Andre BODA

Tag(s) : #Securité, #Societe, #EDUCATION

Partager cet article

Repost 0

FAIRE UN DON

Moi, J'aime SANGÖ TI KÖDRÖ et toi ?