Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


TRADUISEZ LE SITE ICI !!!
SANGÖ TI KODRÖ, Nous rapportons au peuple ce qui se fait, se vit ou se murmure en Centrafrique et au delà des frontières                      FLASH INFO ***   ACTUALITE : (CENTRAFRIQUE) Françis BOZIZE et Nouredine ADAM seraient les principaux commanditaires de ce projet de mutinerie en Centrafrique    JUSTICE : Le Tchad s'agite devant la volonté des ONG centrafricaines de traduire Idriss Deby en justice    EDUCATION : 380 jeunes sont récompensés par un certificat de fin de formation    SANTE : Les villages de Goulanga et Sakaï 2 dans les communes de Bimbo 3 et 4, bientôt disposeront d'un dispensaire    SECURITE : (CENTRAFRIQUE) Françis BOZIZE et Nouredine ADAM seraient les principaux commanditaires de ce projet de mutinerie en Centrafrique    POLITIQUE : La Centrafrique toujours "en danger" prévient Touadéra après 100 /    ECONOMIE : Plusieurs entreprises chinoises bientôt en Centrafrique, selon le ministre de l’économie Félix Moloua    OPINION : (RCA) La paix passe par l'élimination des mercenaires dans le pays /    SPORT : (FOOTBALL) Le PSG se régale en atomisant par 4 - 0 le Fc Barcelonea    MUSIQUE : Le 24 Avril, disparution de Papa WEMBA, désormais Journée Africaine de la Musique    INTERNATIONAL : (GAMBIE) Le soldat suspecté de vouloir assassiné le président Adama Barrow est toujours au arrêt        E-mail : sangotikodro1@gmail.com      Tél : (00236)72814948
Cliquez pour lire la suite

 RCA : Les députés Anti-Balaka, un sujet de discorde entre la Communauté Internationale et le pouvoir de Bangui.

      Si la Communauté Internationale est accusée régulièrement par le pouvoir en place à Bangui d’être laxiste vis à vis de l’ex-coalition de la Séléka, le régime de mathématicien de boye-rabe Faustin Archange TOUADÉRA alias la tortue n’a pas fait, non plus, des efforts pour autant de répondre à certaines exigences ou orientations de cette Communauté Internationale qui n’a pas cessé d’être à nos côtés notamment celle de « l’impunité zéro », le vrai chemin qui mènera la Centrafrique vers une véritable paix et réconciliation durable. Le dernier cas de figure, est celui de  sanction des criminels de guerre Anti-balaka et assimilés devenus depuis 6 mois députés à l’Assemblée nationale. Cette affaire constitue une épée de Damoclès sur le pouvoir de TOUADERA au moment les anti-balaka se regroupent pour non pas chasser la Séléka du pouvoir mais plutôt le président TOUADERA. Le président TOUADÉRA et son gouvernement continueront à jouer au ping-pong sur ce sujet,? Que va-t-il se passer dans les jours, mois ou années à venir? Rien de merveille ne se pointe  à l’horizon d’ici à 2021.

      En Centrafrique, d’après le mythe endoctriné et ancré dans la tête des centrafricains, corroborant ainsi à l’analphabétisme avancé dans le pays qui constitue l’une des sources principale d’insécurité et de la division, arrêter un anti-balaka, et à plus forte raison un chef ou Comezone des Aniti-balaka, c’est arrêter un le fils de dieu et cela mettra le pays à feu et à sang. C’est pour cette raison que tous les anti-balaka qui ont été jugés récemment sont tous remis en liberté. Pour les nouvelles autorités du pays issues du Knk parti de l’ancien président BOZIZE et donc proches de la milice anti-balaka créée par ce parti politique, » les anti-Balaka sont des patriotes centrafricains et les Séléka sont par contre des étrangers, mercenaires et envahisseurs auteurs de tout le malheur de ce peuple ».

      C’est dans ce sens que ces autorités tentent depuis leur prise de fonction de faire avaler ces pilules idiomatiques à la Communauté international par des actions de roublardises et le maniement des langues. Ainsi, par la voix du Ministre des Affaires étrangères Charles Armel DOUBANE, depuis Paris et sur Rfi le 28 octobre dernier, demande à la MINUSCA d’arrêter toutes les personnes sous mandat d’arrêt international. « Pour que centimètre après centimètre, nous reconquérons l’espace national centrafricain et que l’autorité s’établisse. Et pour que l’autorité s’établisse sur ces zones-là, nous avons besoin de l’accompagnement et de l’appui de la communauté internationale pour le faire », a dit le ministre centrafricain. C’est comme si ces séléka ne sont pas sur leur territoire tout en oubliant en sus qu’il avait fait reconnaitre à l’ONU leur éphémère régime.

                        Mais quelles sont ces personnes ?

     D’après nos informations, le Gouvernement que dirige Simplice Mathieu SARANDJI n’a émis à ce jour aucun mandat d’arrêt international et à plus forte raison y remettre à la MINUSCA. C’est ce jeu de ping-pong entre le Gouvernement et la MINUSCA qui a poussé les élus de la nation à interpeller le Ministre de la Justice mais les derniers évènements ont bouleversé le chronogramme.

     Par contre, la Communauté internationale, à travers la MINUSCA avait exécuté des mandats d’arrêt émis au temps de la transition en arrêtant le fils ainé de François BOZIZE le co-fondateur de la milice anti-balaka Francis BOZIZE et remis à la justice centrafricaine. Qu’est-ce que le gouvernement a fait de ce dossier ? A-t-il été jugé pour  être en libéré?

      En plus, cette même Communauté internationale, par le biais du Comité de Sanction des Nations-Unies, avait demandé la levée des immunités parlementaires de tous les criminels anti-balaka et assimilés devenus députés et le non-paiement de leurs indemnités. Le Gouvernement a-t-il déjà saisi le Bureau de l’Assemblée nationale ? Plus grave encore, ces députés criminels et assimilés continuent de percevoir leurs indemnités parlementaires en dépit de cette interdiction onusienne en espèce sonnante et trébuchante dans l’esprit de ne pas laisser de trace. comme les trafiquants des drogues

      Selon nos informations, l’un de ces anti-balaka député Alfred YEKATOMBE allias Rambo, ne siège plus sur sa chaise à l’Assemblée nationale et s’apprête à se reconvertir en berger et coupeur de route. Mais ce qui l’aurait empêché, le mode de paiement « en espèce » de ses indemnités. Pour pallier à cela, il multiplie les pressions sur le président de l’Assemblée nationale aux fins de l’inverser en mode de paiement par « virement bancaire ».

    Si aujourd’hui le Gouvernement sollicite l’appui ferme des forces de la MINUSCA dans l’exécution des mandats d’arrêt qui n’existent pas d’ailleurs afin d’arrêter les chefs Séléka qui pavanent en province, il doit commencer par mettre en mouvement les gendarmes et policiers formés par cette même MINUSCA pour arrêter les chefs de la milice Anti-balaka qui jouissent d’une totale protection de la Haute hiérarchie jusqu’à ce jour dans Bangui en tenant des réunions et congrès dans des hôtels de luxe sous la barbe et le nez de tous.

 

par Aristide Tossa

source : CNC

Tag(s) : #Diplomatie

Partager cet article

Repost 0

FAIRE UN DON

Moi, J'aime SANGÖ TI KÖDRÖ et toi ?