Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


TRADUISEZ LE SITE ICI !!!
SANGÖ TI KODRÖ, Nous rapportons au peuple ce qui se fait, se vit ou se murmure en Centrafrique et au delà des frontières                      FLASH INFO ***   ACTUALITE : (CENTRAFRIQUE) Françis BOZIZE et Nouredine ADAM seraient les principaux commanditaires de ce projet de mutinerie en Centrafrique    JUSTICE : Le Tchad s'agite devant la volonté des ONG centrafricaines de traduire Idriss Deby en justice    EDUCATION : 380 jeunes sont récompensés par un certificat de fin de formation    SANTE : Les villages de Goulanga et Sakaï 2 dans les communes de Bimbo 3 et 4, bientôt disposeront d'un dispensaire    SECURITE : (CENTRAFRIQUE) Françis BOZIZE et Nouredine ADAM seraient les principaux commanditaires de ce projet de mutinerie en Centrafrique    POLITIQUE : La Centrafrique toujours "en danger" prévient Touadéra après 100 /    ECONOMIE : Plusieurs entreprises chinoises bientôt en Centrafrique, selon le ministre de l’économie Félix Moloua    OPINION : (RCA) La paix passe par l'élimination des mercenaires dans le pays /    SPORT : (FOOTBALL) Le PSG se régale en atomisant par 4 - 0 le Fc Barcelonea    MUSIQUE : Le 24 Avril, disparution de Papa WEMBA, désormais Journée Africaine de la Musique    INTERNATIONAL : (GAMBIE) Le soldat suspecté de vouloir assassiné le président Adama Barrow est toujours au arrêt        E-mail : sangotikodro1@gmail.com      Tél : (00236)72814948
Cliquez pour lire la suite

Chimène, 25 ans, raconte son rendez-vous avec un soldat français. crédit photo Lnc

Chimène, 25 ans, raconte son rendez-vous avec un soldat français. crédit photo Lnc

      La société civile de la République Centrafricaine exige une « commission rogatoire » dans le cadre des enquêtes sur les accusations de viols sur mineurs attribués à certains soldats de l'opération Sangaris. Une prise de position intervenue après la décision du parquet de Paris qui a indiqué que « l'enquête mettant en cause des soldats français dans l'affaire des accusations d'agressions sexuelles sur mineurs en Centrafrique n'a entraîné aucune mise en examen ».

      Pour Me Mathias Barthélémy Morouba, président de l'Observatoire Centrafricain des Droits de l'Homme (OCDH), son organisation ne « partage pas le point de vue de la justice française », estimant qu'à ce jour, « il y a encore des victimes à Bangui qui attendent que justice soit rendue ».

      Le président de l'OCDH pense que des « moyens » doivent être mis à disposition pour permettre « à ce que les victimes puissent s'exprimer », demandant par la même occasion à l’État de « s'impliquer dans cette affaire », car il s'agit « de l'exploitation des enfants centrafricains », a-t-il plaidé.

      Au début de la semaine, les magistrats français ont affirmé « qu'ils ne sont pas parvenus à corroborer matériellement les accusations portées contre les soldats français ».

     Une décision pas du tout appréciée par des centrafricains interrogés par RNL. Selon eux, « dire qu'il n'y a pas de preuve ne rend pas justice aux victimes centrafricaines », déclare un compatriote. Un autre de renchérir que « la justice française n'a pas bien fait son travail ». Tous demandent que « l’État centrafricain puisse prendre ses responsabilités », afin que justice soit rendue aux « victimes ».

    Déployés en Centrafrique au mois de décembre 2013 pour restaurer la sécurité, certains éléments de l'opération Sangaris avaient été accusés de viols sur mineurs ayant fui l'insécurité pour se réfugier sur le site des déplacés de l'aéroport international Bangui M'Poko.

par Aristide Tossa

Tag(s) : #JUSTICE

Partager cet article

Repost 0

FAIRE UN DON

Moi, J'aime SANGÖ TI KÖDRÖ et toi ?