Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


TRADUISEZ LE SITE ICI !!!
SANGÖ TI KODRÖ, Nous rapportons au peuple ce qui se fait, se vit ou se murmure en Centrafrique et au delà des frontières                      FLASH INFO ***   ACTUALITE : (CENTRAFRIQUE) Françis BOZIZE et Nouredine ADAM seraient les principaux commanditaires de ce projet de mutinerie en Centrafrique    JUSTICE : Le Tchad s'agite devant la volonté des ONG centrafricaines de traduire Idriss Deby en justice    EDUCATION : 380 jeunes sont récompensés par un certificat de fin de formation    SANTE : Les villages de Goulanga et Sakaï 2 dans les communes de Bimbo 3 et 4, bientôt disposeront d'un dispensaire    SECURITE : (CENTRAFRIQUE) Françis BOZIZE et Nouredine ADAM seraient les principaux commanditaires de ce projet de mutinerie en Centrafrique    POLITIQUE : La Centrafrique toujours "en danger" prévient Touadéra après 100 /    ECONOMIE : Plusieurs entreprises chinoises bientôt en Centrafrique, selon le ministre de l’économie Félix Moloua    OPINION : (RCA) La paix passe par l'élimination des mercenaires dans le pays /    SPORT : (FOOTBALL) Le PSG se régale en atomisant par 4 - 0 le Fc Barcelonea    MUSIQUE : Le 24 Avril, disparution de Papa WEMBA, désormais Journée Africaine de la Musique    INTERNATIONAL : (GAMBIE) Le soldat suspecté de vouloir assassiné le président Adama Barrow est toujours au arrêt        E-mail : sangotikodro1@gmail.com      Tél : (00236)72814948
Cliquez pour lire la suite

À la Présidence début août

À la Présidence début août

    Nous voguons vers la fin de l'année 2016, dans une accalmie apparente à Bangui, nettement mieux que dans l'enfer humaine de la grande partie Centre-Nord du pays, l'Est en subissant déjà les soubresauts, aux confins du pays Banda.

     Et ceci, nous ne le martèlerons jamais assez, dans une indifférence criminelle. Apres tout, dégâts collatéraux ou pas qu'ils s'entretuent.

    Rounga, Banda, Goula, Yulu, Kara et Arabes Tchadiens ( Zagawa, Zakawa et tous autres originaires transfrontaliers, ces cousins des 3 Frontières) sont chez eux et ont raisons d'en déloger désormais tous ceux qu'ils avaient bien voulu accepter comme mercenaires contre Bangui-l'impotente et la génocidaire, accaparée par les Kongo, contre les Bornou.

     À défaut d'être soumis à la nouvelle alliance, Séléka Réunifiée, que ces mercenaires s'en aillent ou crèvent !

    Peulh, Mbororo, Oudah, Pulaar, Fulbé ou Fufulbé ne seraient-ils pas que des allogènes semeurs de troubles et de désordres? Responsables semant zizanies et haines entre les différentes communautés lors de leurs passages de transhumances ? Même si les contre coups désolent les villes de la Ouaka, en les vidant de leurs populations, créant d'autres crises locales humanitaires dont les premières victimes sont et demeurent les enfants et les femmes, l'urgence n'est pas l'absence totale de l'État dans cette partie du pays mais plutôt un combat de brutes épaisses autour du partage du gâteau sanguin de Bangui dont il faut intégrer davantage le système pour soit mieux le contrôler ou tout faire pour en empêcher d'autres adversaires, réels ou supposés, de s'en accaparer.

     Dans une telle configuration, Touadéra, qui ne contrôlait déjà pas grand-chose, devient une des cibles objectives d'une série de machinations le fragilisant davantage, amoindrissant les rares parcelles de décisions qu'il pourrait user.

    1) La série des premières machinations est l'exploitation du retour du Colonel Jean-Francis Bozizé, depuis son retour au pays, suite à son exil depuis l'entrée de la Séléka, le 24 mars 2013, Dimanche des Rameaux, à Bangui.

     L'objectif est bien sûr de faire passer le Mouton De Boy Rabé comme un exécutant toujours aux ordres du Général François Bozizé Yangouvonda. Mais finalement, le Memorandum Du KNK validé par son président fondateur depuis son exil de Kampala, Ouganda, vient bouleversé l'échafaudage monté de briques et de brocs, le renversant. Sans stratégie mûrie, le Gouvernement, à travers son Porte-parole Theodore Jousso, et la Présidence, par le Conseiller de Touadéra, Fidèl Gouandjika, ouvrirent les hostilités par un refus total d'un Dialogue Politique Inclusif (DPI), dernièrement souhaité pour la énième fois par Bozizé et d'autres acteurs de premiers rangs de cette Crise Centrafricaine (CARCrisis), que sont les autres signataires des Accords de Nairobi, contestés d'abord par Samba Panza puis maintenant clairement par Touadéra.

    Alors qu'il jonglait face à cette exigence des acteurs de premiers rangs de la Crise, entre un DDR RSS d'abord et des concertations de bas de gamme, avec des petits couteaux, voulant démontrer petitement sa disponibilité au dialogue, le pouvoir de Bangui ferme désormais la porte à toutes négociations, en dépit des nombreuses demandes et recommandations Africaines et internationales; les déclarations CEEAC, UA, UE, ONU l'expriment, comme solution politique cardinale à la Crise.

    Les amendements aux Sanctions onusiennes l'attestent si bien, en cela qu'ils encouragent les acteurs à rentrer chez eux, en Centrafrique, s'ils sont disposés à œuvrer pour la Réconciliation et la Stabilité du pays. Résultat, Touadéra est seul responsable de ce cafouillis très dommageable. Plus aucune marge de manœuvre politique à sa portée. Le remaniement gouvernemental, même réduit à un réajustement technique ne lui en offre pas l'opportunité.

  2) La série des secondes machinations est justement concentrée sur ce remaniement annoncé depuis les coulisses de Bruxelles2016 (RCAConf), voire par tâtonnements, bien avant d'y être. Et ce par les réseaux acquis à Martin Ziguélé. Si l'objectif, lié à une duperie socialisante mais pas scientifique, était d'abord de faire croire que la nomination de celui qui se présente comme socialiste Centrafricain et membre de l'International Socialiste contribuerait à œuvrer au rapprochement de l'Élysee et de Bangui, nous savons, depuis le Renoncement de Hollande, que ce rêve s'est envolé.

    Ce qui n'a pourtant pas entamé l'impatience de Ziguélé à être à la Primature Centrafricaine, à défaut d'avoir pu se faire imposer président de la République Centrafricaine dominée par la France des Droits de l'Homme, manipulée par ce qu'elle compterait d'élites, écartelée entre les rivalités de la mondialisation. Entre-temps, il tenta aussi piteusement de se faire hisser au perchoir d'une affligeante Assemblée Nationale. C'est cet homme, présenté républicain, patriote, grand manager, ..., qui serait la solution à la stabilité et à la reconstruction de la Centrafrique, maintenant.

    Par des rumeurs disséminées dans Bangui et dans certaines agglomérations Africaines et Françaises, les Ziguélistes font parler Touadéra. Le président a promis la Primature pour le 5 janvier 2017, après les fêtes de fin d'année 2016 donc à l'homme de la situation. Toutes contestations ou dénonciations du choix supposé présidentiel deviennent des objectifs à démolir, avec effets collatéraux au sein du Gouvernement et du Cabinet présidentiel, opposant les pour ou contre le départ de Sarandji. Eux aussi, devenant victimes, tombent dans la manipulation Ziguéliste.

    Les observateurs et activistes Centrafricains étant consultés, à tout moment, pour lire les événements, à travers leurs prismes de nouveaux Gourous ou Faiseurs de Princes. Comme quoi, il ne suffit plus d'être NGANGA quelque part dans la Grande Lobaye pour contribuer aux choix des ministres. Ce faisant les secrets enfouis s'exposent et alimentent les rumeurs de Bangui et celles bien entretenues par nous autres, sur les réseaux sociaux.

                                    Encore ici, c'est l'Archange qui trinque !

    Là aussi, il est seul face à lui-même. Personne d'autre que lui ne sait s'il dit vrai ou pas. Plus que jamais, 2ème célèbre autiste de Bangui, qu'il soit devenu, par ses erreurs décisionnelles et confidences déplacées, Touadéra n'inspire plus confiance à son entourage, qui se doute de sa sincérité voire de son amitié.

   Vous aurez donc compris comment les luttes pour le contrôle du Pouvoir par les Nains Politiques de Bangui alimentent aisément la Crise en Centrafrique.

par Aristide Tossa

Tag(s) : #Securité

Partager cet article

Repost 0

FAIRE UN DON

Moi, J'aime SANGÖ TI KÖDRÖ et toi ?