Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


TRADUISEZ LE SITE ICI !!!
SANGÖ TI KODRÖ, Nous rapportons au peuple ce qui se fait, se vit ou se murmure en Centrafrique et au delà des frontières                      FLASH INFO ***   ACTUALITE : (CENTRAFRIQUE) Françis BOZIZE et Nouredine ADAM seraient les principaux commanditaires de ce projet de mutinerie en Centrafrique    JUSTICE : Le Tchad s'agite devant la volonté des ONG centrafricaines de traduire Idriss Deby en justice    EDUCATION : 380 jeunes sont récompensés par un certificat de fin de formation    SANTE : Les villages de Goulanga et Sakaï 2 dans les communes de Bimbo 3 et 4, bientôt disposeront d'un dispensaire    SECURITE : (CENTRAFRIQUE) Françis BOZIZE et Nouredine ADAM seraient les principaux commanditaires de ce projet de mutinerie en Centrafrique    POLITIQUE : La Centrafrique toujours "en danger" prévient Touadéra après 100 /    ECONOMIE : Plusieurs entreprises chinoises bientôt en Centrafrique, selon le ministre de l’économie Félix Moloua    OPINION : (RCA) La paix passe par l'élimination des mercenaires dans le pays /    SPORT : (FOOTBALL) Le PSG se régale en atomisant par 4 - 0 le Fc Barcelonea    MUSIQUE : Le 24 Avril, disparution de Papa WEMBA, désormais Journée Africaine de la Musique    INTERNATIONAL : (GAMBIE) Le soldat suspecté de vouloir assassiné le président Adama Barrow est toujours au arrêt        E-mail : sangotikodro1@gmail.com      Tél : (00236)72814948
Cliquez pour lire la suite

La révolution démocratique dénommée révolution ti Bomengo, en sango « révolution du bonheur«, est un concept proposé et mis en place par Pascal Bida Koyagbele, se matérialisant par une révolution verte, paysanne et panafricaine.

 

C'est quoi la Révolution Ti Boméngo ? Mais d'abord qui est Pascal Bida Koyagbele ? Son père fondateur.

A 42 ans marié et père de cinq enfants dont trois garçons deux filles, c'est le premier jeune agroindustriel Centrafricain. Il fit fortune dans l’énergie solaire et l’agro-industrie.
Inspiré par la citation de Thomas Sankara : «Produisons ce que nous consommons et consommons ce que nous produisons«, il lance une série de projets agro-industriels dans le raffinage de l’huile de palme, la production de jus de fruits, la production d’alcool, de tomates concentrées et un abattoir.


Incarnant ainsi l’espoir de toute une jeunesse rurale et urbaine désespérée, dans un pays où règne tout simplement une fatale désolation, animée par une élite égoïste et corrompue où tout est paradoxe, d’une richesse inestimée où règne une misère sans nom.
Proche de la nature et du milieu rural associé a un groupe d’intellectuels, de syndicalistes et de paysans activistes, il crée en 2010, L’A.P.C Association des Paysans Centrafricains qui est devenue une ONG internationale , l’ A.P.C avait pour objectif de défendre les intérêts des paysans qui représentent 85% de la population et contribuent à hauteur de 35% du P.I.B , mais aussi de contribuer à l’amélioration de leur condition de vie en construisant des écoles et des puits etc.


En décembre 2012, il fut le premier à dénoncer et prendre ouvertement position contre les
massacres perpétrés par la SELEKA à l’encontre des populations paysannes. En mars 2013, après la prise de pouvoir par la SELEKA et face à l’intensification des massacres, il décida avec un groupe de paysans, d’intellectuels et d’activistes, d’organiser politiquement les paysans en créant le mouvement KITE qui signifie en SANGO : le défi, dans le but de relever le défi de l’unité, de la dignité, de la liberté du peuple centrafricain et du paysan en particulier.


Ce dernier au parcours atypique, se présente humblement comme étant un paysan. Bida
KOYAGBELE dit « BIDA », auteur d’une théorie sur "la révolution du bonheur des peuples". Prônant aujourd’hui avec ses frères de lutte l’avènement d’une société nouvelle, équitable et durable où prévaudrait un système politique allant au-delà de la démocratie; fondée sur des valeurs de respect et de tolérance mais aussi sur une grande ambition pour l’Afrique et l’humanité.
Ecologiste de conviction, cet idéaliste amoureux de la nature animé d’une volonté de puissance pour son pays, entend radicalement mener cette révolution démocratique dénommée révolution ti Bomengo, en sango « révolution du bonheur «.


Ce, dans le but d’offrir à tous les enfants de son pays une éducation gratuite de qualité, et à tous et plus particulièrement aux paysans de l’eau potable, de l’électricité 100% renouvelable et un système de santé gratuit, des crédits pour tous et du travail pour tous.
Mais dans la situation quasi chaotique, il fait de la sécurité pour tous, son principal cheval de bataille.
Considérant l’enjeu sécuritaire comme primordial, il estime que la sécurité doit être rétablie à tout prix, afin de mener à bien sa révolution ti Bomengo ou révolution du bonheur. Partant de ce principe, il réclame la réhabilitation des forces armées centrafricaines, pour mener une guerre sans merci aux mouvements djihadistes et terroristes, implantés en RCA. Il rêve de faire de son pays un havre de paix, un pôle de sécurité et de développement. Ce qui l’amène à considérer le Soudan du Nord qui abrite et finance le djihadisme international, comme une menace pour son pays et pour le reste du monde. C’est ainsi qu’il se veut proche du Sud Soudan dans le cadre d’une sainte alliance progressiste et anti-djihadiste.


Dans un pays où règne une terrible misère où 85% de la population est paysanne, ses discours aux relents révolutionnaires et populistes séduit tout une jeunesse désabusée, de Douala à Cotonou, de Kampala à Ouagadougou etc. Le caractère panafricain de son discours, son ambition pour l’Afrique et son pays, lui offre de plus en plus d’écho à l’extérieur au sein du milieu universitaire et dans la masse paysanne à l’intérieur du pays.

Rappelons qu'on 2015 son dossier de candidature à la Présidence de la République à été rejeté sans raison fondée sur instruction de Mr Charles MALINAS, à l'époque Ambassadeur de France en Centrafrique et actuel Ambassadeur en République Tchèque.

Aristide TOSSA

Pascal Bida KOYAGBELE

 

Tag(s) : #PORTRAIT, #Societe, #DEVELOPPEMENT

Partager cet article

Repost 0

FAIRE UN DON

Moi, J'aime SANGÖ TI KÖDRÖ et toi ?