Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


SANGÖ TI KODRÖ, Nous rapportons au peuple ce qui se fait, se vit ou se murmure en Centrafrique et au delà des frontières                      FLASH INFO ***   ACTUALITE : (CENTRAFRIQUE) Françis BOZIZE et Nouredine ADAM seraient les principaux commanditaires de ce projet de mutinerie en Centrafrique    JUSTICE : Le Tchad s'agite devant la volonté des ONG centrafricaines de traduire Idriss Deby en justice    EDUCATION : 380 jeunes sont récompensés par un certificat de fin de formation    SANTE : Les villages de Goulanga et Sakaï 2 dans les communes de Bimbo 3 et 4, bientôt disposeront d'un dispensaire    SECURITE : (CENTRAFRIQUE) Françis BOZIZE et Nouredine ADAM seraient les principaux commanditaires de ce projet de mutinerie en Centrafrique    POLITIQUE : La Centrafrique toujours "en danger" prévient Touadéra après 100 /    ECONOMIE : Plusieurs entreprises chinoises bientôt en Centrafrique, selon le ministre de l’économie Félix Moloua    OPINION : (RCA) La paix passe par l'élimination des mercenaires dans le pays /    SPORT : (FOOTBALL) Le PSG se régale en atomisant par 4 - 0 le Fc Barcelonea    MUSIQUE : Le 24 Avril, disparution de Papa WEMBA, désormais Journée Africaine de la Musique    INTERNATIONAL : (GAMBIE) Le soldat suspecté de vouloir assassiné le président Adama Barrow est toujours au arrêt        E-mail : sangotikodro1@gmail.com      Tél : 0023621201012
Cliquez pour lire la suite

Ouganda : 100 000 réfugiés sud-soudanais bénéficient de transferts d’argent du PAM

       Ce système développé par le Programme alimentaire mondial est moins coûteux que la distribution de nourriture dynamise l’économie locale.


       A deux bonnes heures de piste d’Arua, un petit camion bleu de la Postbank stationne dans le camp de Rhino, à proximité d’un arbre qui dispense une ombre salutaire en cette mi-journée. Des réfugiés, essentiellement des femmes, s’enregistrent pour bénéficier du programme de transfert d’argent du Programme alimentaire mondial (PAM).

      D’autres, déjà bénéficiaires, discutent à l’écart. « La première chose que nous faisons, c’est utiliser cet argent pour acheter de la nourriture, et s’il reste un peu de monnaie, nous l’utilisons pour d’autres choses », témoigne Tabista, mère de trois enfants et arrivée dans le camp en 2014.

     « Chaque réfugié se voit attribuer une somme qui varie en moyenne entre 5 et 12 dollars [4,60 et 11,20 euros] par personne et par mois », explique Jaakko Valli, responsable de programme au PAM. Les sommes exactes sont attribuées en fonction de l’ancienneté dans le camp, du nombre d’enfants à charge ou encore de la vulnérabilité des réfugiés.

     Au total, plus de 100 000 personnes sont aujourd’hui concernées par ce système en Ouganda, et les résultats semblent dépasser les espérances de l’organisation. Le principe de distribution gratuite de nourriture aux réfugiés est depuis longtemps critiqué car les denrées sont souvent revendues à des prix inférieurs aux prix locaux, ce qui dégrade l’économie. Le PAM semble donc avoir trouvé la parade.
« Effet d’entraînement »

     « On s’aperçoit très rapidement que les marchés locaux profitent directement de cet argent, et qu’il y a une véritable dynamique économique », poursuit Jakko Valli. En Ouganda, où chaque réfugié se voit attribuer par le gouvernement un lopin de terre pour habiter et cultiver, l’effet est même démultiplié. « Les bénéficiaires sont capables d’accéder aux marchés locaux, et même d’augmenter significativement l’offre », précise le responsable humanitaire.

 

par Aristide Tossa

Tag(s) : #Societe

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

FAIRE UN DON

Moi, J'aime SANGÖ TI KÖDRÖ et toi ?