Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


TRADUISEZ LE SITE ICI !!!
SANGÖ TI KODRÖ, Nous rapportons au peuple ce qui se fait, se vit ou se murmure en Centrafrique et au delà des frontières                      FLASH INFO ***   ACTUALITE : (CENTRAFRIQUE) Françis BOZIZE et Nouredine ADAM seraient les principaux commanditaires de ce projet de mutinerie en Centrafrique    JUSTICE : Le Tchad s'agite devant la volonté des ONG centrafricaines de traduire Idriss Deby en justice    EDUCATION : 380 jeunes sont récompensés par un certificat de fin de formation    SANTE : Les villages de Goulanga et Sakaï 2 dans les communes de Bimbo 3 et 4, bientôt disposeront d'un dispensaire    SECURITE : (CENTRAFRIQUE) Françis BOZIZE et Nouredine ADAM seraient les principaux commanditaires de ce projet de mutinerie en Centrafrique    POLITIQUE : La Centrafrique toujours "en danger" prévient Touadéra après 100 /    ECONOMIE : Plusieurs entreprises chinoises bientôt en Centrafrique, selon le ministre de l’économie Félix Moloua    OPINION : (RCA) La paix passe par l'élimination des mercenaires dans le pays /    SPORT : (FOOTBALL) Le PSG se régale en atomisant par 4 - 0 le Fc Barcelonea    MUSIQUE : Le 24 Avril, disparution de Papa WEMBA, désormais Journée Africaine de la Musique    INTERNATIONAL : (GAMBIE) Le soldat suspecté de vouloir assassiné le président Adama Barrow est toujours au arrêt        E-mail : sangotikodro1@gmail.com      Tél : (00236)72814948
Cliquez pour lire la suite

Le président de la RDC Joseph Kabila

Le président de la RDC Joseph Kabila

       Comme annoncé en grande pompe, le Président de la République Démocratique du Congo, Joseph Kabila Kabange s’est adressé ce mardi 15 novembre à la Nation à travers un discours prononcé devant les deux chambres du Parlement réunies en Congrès extraordinaire. Occasion pour lui de brosser la situation actuelle de son pays à un moment très crucial de son histoire. Entre bilan et perspectives, le Chef de l’Etat congolais est revenu sur tout sauf rien. Décryptage.

      Annoncé depuis Lundi 14 novembre, une date chargée d’événements en RDC (la démission du Premier Ministre Matata Ponyo et une probable nomination finalement non tenue de son successeur), ce discours de Joseph Kabila était très fortement attendu dans un contexte politique très marqué. Plus encore, lorsqu’un homme d’ordinaire aphone dont on attend des réponses à une avalanche d’interrogations s’exprime, naturellement c’est tout le pays qui s’arrête. Et Kabila l’a fait ce mardi comme prévu.

A l’heure du bilan

        C’est aux environs de midi quart de Kinshasa que le Président de la République a pris la parole sous un silence de cathédrale dans cette grande salle de Congrès du Palais du Peuple habituellement occupée pour les séances plénières de l’Assemblée Nationale.

Kabila invite d’abord l’assistance à observer une minute de silence en mémoire des nombreux congolais victimes des massacres et événements tragiques perpétrés dans plusieurs coins de la République notamment à Beni, dans le Kasai Central ainsi que dans la capitale Kinshasa.

        Ensuite, le Chef de l’Etat déroule son speech par un bilan de ses 15 ans à la tête du pays. Dressant secteur par secteur, le tableau très sombre d’une nation qu’il avait héritée à son accession au pouvoir en 2001. De la politique à la sécurité en passant par l’économie, c’est une situation de « quasi non état » qu’il avait trouvé a-t-il voulu faire remarquer pour rappeler ensuite qu’il avait fait la promesse de changer les choses. Promesse à ses yeux tenues d’où le sens de certaines phrases qu’il a glissé. On cite pêle-mêle : « aujourd’hui nous pouvons nous féliciter d’avoir remis le pays sur orbite dans le concert des nations », « la République Démocratique du Congo est aujourd’hui un modèle et un exemple dans la lutte contre les violences sexuelles ».

         C’est aussi un Joseph Kabila qui s’est bombé le torse d’être parvenu à la suppression de 90% de la dette extérieure du pays. Au finish, c’est un Président qui s’est targué d’avoir réalisé un bilan positif des 15 ans de gestion.
Préserver la Paix

       Dans son discours, Joseph Kabila n’a pas oublié de lancer cet appel pressant de préserver la paix chèrement acquise condamnant toute tentative allant dans le sens contraire. « Miser sur le sang et la destruction des biens est moralement condamnable » a-t-il rappelé.

         Il a également insisté sur le fait qu’il faut lutter contre les vieux démons qui veulent avoir le pouvoir par la force. Ce qui l’a poussé à rappelé que la seule et unique voie d’avoir le pouvoir était les élections pour lesquelles il a exhorté le peuple qu’il a qualifié d’arbitre à accompagner le processus électoral en cours au lieu de servir de « marchepieds » des politiciens.
De l’après Dialogue et son corollaire

        C’était un des points chauds sur lesquels il était vivement attendu, et Kabila ne l’a pas escamoté dans son message.

         Près d’un mois après la signature de l’accord politique issu du fameux dialogue qu’il avait convoqué, Joseph Kabila s’est félicité de l’aboutissement heureux à ses yeux du processus rendant au passage hommage à Edem Kodjo, facilitateur désigné de l’Union Africaine. A cette même occasion, il a félicité tous les membres de l’opposition ayant pris part au forum tout tendant la main à l’autre frange qui l’a boycotté l’invitant à y adhérer. Justement, à cette frange hésitante, allusion faite au Rassemblement de l’opposition chapotée par son grand rival Etienne Tshisekedi, il s’est montré déçue par sa position toujours inchangée malgré une nouvelle tentative de conviction qu’il a initiée à travers la Cenco. Et comme pour la mettre en garde, Kabila a déclaré qu’il ne permettra pas à une frange de la classe de prendre le peuple en otage.
Quid de son avenir ?

       Voilà une autre question hautement cruciale à laquelle Joseph Kabila devrait répondre dans son discours. Lui qui est arrivé au soir de son second et dernier mandat de Chef de l’Etat est obligé par la Constitution de cesser de l’exercer une fois achevée officiellement.

        Il a rappelé, la pléthore d’appel tout azimut à respecter cette disposition constitutionnelle une façon de signifier son agacement vis-à-vis de ce rappel devenu assourdissant.

     A cette interrogation, Kabila a précisé que la question est déjà réglée par la même Constitution ajoutant que celle-ci sera bien respectée.

        Actualité oblige, il a également glissé un mot concernant la très attendue nomination d’un nouveau Premier Ministre au lendemain de la démission du précédent Augustin Matata Ponyo à qui il a rendu un vibrant hommage pour le service rendu.

      Et alors que l’on attendait sans succès jusqu’au lundi 14 novembre la nomination du nouveau premier Ministre en respect des prescrits de l’accord issu du dialogue, Joseph Kabila s’est limité à promettre de le faire. « Je désignerais incessamment un nouveau premier Ministre » a-t-il dit.

        Entre bilan, questions de l’heure et perspectives, c’est un discours de Joseph Kabila qui produira certainement des effets et des opinions divergents. Vivement les réactions.

 

par Aristide Tossa

Tag(s) : #politique

Partager cet article

Repost 0

FAIRE UN DON

Moi, J'aime SANGÖ TI KÖDRÖ et toi ?