Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


SANGÖ TI KODRÖ, Nous rapportons au peuple ce qui se fait, se vit ou se murmure en Centrafrique et au delà des frontières                      FLASH INFO ***   ACTUALITE : (CENTRAFRIQUE) Françis BOZIZE et Nouredine ADAM seraient les principaux commanditaires de ce projet de mutinerie en Centrafrique    JUSTICE : Le Tchad s'agite devant la volonté des ONG centrafricaines de traduire Idriss Deby en justice    EDUCATION : 380 jeunes sont récompensés par un certificat de fin de formation    SANTE : Les villages de Goulanga et Sakaï 2 dans les communes de Bimbo 3 et 4, bientôt disposeront d'un dispensaire    SECURITE : (CENTRAFRIQUE) Françis BOZIZE et Nouredine ADAM seraient les principaux commanditaires de ce projet de mutinerie en Centrafrique    POLITIQUE : La Centrafrique toujours "en danger" prévient Touadéra après 100 /    ECONOMIE : Plusieurs entreprises chinoises bientôt en Centrafrique, selon le ministre de l’économie Félix Moloua    OPINION : (RCA) La paix passe par l'élimination des mercenaires dans le pays /    SPORT : (FOOTBALL) Le PSG se régale en atomisant par 4 - 0 le Fc Barcelonea    MUSIQUE : Le 24 Avril, disparution de Papa WEMBA, désormais Journée Africaine de la Musique    INTERNATIONAL : (GAMBIE) Le soldat suspecté de vouloir assassiné le président Adama Barrow est toujours au arrêt        E-mail : sangotikodro1@gmail.com      Tél : 0023621201012
Cliquez pour lire la suite

Affaire Sankara : Paris dans le viseur de Ouaga

     La justice militaire burkinabè a demandé à la justice française de lever le secret défense pour déterminer le rôle éventuel de Paris dans l'assassinat de l'ancien président du Faso.

       Les partisans du leader de la révolution burkinabè pensent que Paris a ourdi ou même pris part au coup d'Etat au cours duquel Thomas Sankara a été tué et qui a porté Blaise Compaoré au pouvoir. Il y restera pendant 27 ans. 

      Une commission rogatoire a été transmise à la justice française pour l’audition de personnes et pour demander la levée du secret-défense.

        Il faut rappeler qu'en 1987, le régime révolutionnaire burkinabè était aux antipodes de la politique extérieure de certains pays notamment la France. C'est durant cette période que Thomas Sankara  décide de ne plus participer aux sommets France-Afrique. Choqué d’être reçu lors d’une de ces rencontres par Guy Penne, le conseiller aux affaires africaines de François Mitterand plutôt que par le président français, la délégation burkinabè prend une décision osée.

 

par : Aristide Tossa

Tag(s) : #Actualité

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

FAIRE UN DON

Moi, J'aime SANGÖ TI KÖDRÖ et toi ?