Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


SANGÖ TI KODRÖ, Nous rapportons au peuple ce qui se fait, se vit ou se murmure en Centrafrique et au delà des frontières                      FLASH INFO ***   ACTUALITE : (CENTRAFRIQUE) Françis BOZIZE et Nouredine ADAM seraient les principaux commanditaires de ce projet de mutinerie en Centrafrique    JUSTICE : Le Tchad s'agite devant la volonté des ONG centrafricaines de traduire Idriss Deby en justice    EDUCATION : 380 jeunes sont récompensés par un certificat de fin de formation    SANTE : Les villages de Goulanga et Sakaï 2 dans les communes de Bimbo 3 et 4, bientôt disposeront d'un dispensaire    SECURITE : (CENTRAFRIQUE) Françis BOZIZE et Nouredine ADAM seraient les principaux commanditaires de ce projet de mutinerie en Centrafrique    POLITIQUE : La Centrafrique toujours "en danger" prévient Touadéra après 100 /    ECONOMIE : Plusieurs entreprises chinoises bientôt en Centrafrique, selon le ministre de l’économie Félix Moloua    OPINION : (RCA) La paix passe par l'élimination des mercenaires dans le pays /    SPORT : (FOOTBALL) Le PSG se régale en atomisant par 4 - 0 le Fc Barcelonea    MUSIQUE : Le 24 Avril, disparution de Papa WEMBA, désormais Journée Africaine de la Musique    INTERNATIONAL : (GAMBIE) Le soldat suspecté de vouloir assassiné le président Adama Barrow est toujours au arrêt        E-mail : sangotikodro1@gmail.com      Tél : 0023621201012
Cliquez pour lire la suite

 Le président gabonais Ali Bongo Ondimba et le Premier ministre français, Manuel Valls
Le président gabonais Ali Bongo Ondimba et le Premier ministre français, Manuel Valls

Ali Bongo défend becs et ongles sa réélection controversée à la tête du Gabon. Invité mercredi de RTL, le président-candidat, déclaré vainqueur à l’élection présidentielle du 27 août dernier, a répondu au Premier ministre français, Manuel Valls qui a demandé un recomptage des voix.


“Je fais respecter les lois dans mon pays. On ne peut pas me demander de violer la loi. Moi, je ne me permettrais pas de demander à quelqu’un de violer la loi”, a déclaré Ali Bongo sur les ondes de RTL, en réaction aux déclarations du Premier ministre français. A l’image de l’ONU et de l’Union Européenne, Manuel Valls s’est dit inquiet des résulats du scrutin suivi de violences. Le Premier ministre a affirmé à RTL qu’”il faut un processus électoral clair. La sagesse commanderait de faire un nouveau décompte des résultats”.


Mais, Ali Bongo ne l’entend pas de cette oreille. « Nous avons une loi qui a été votée en 1996 et qui régit tout le processus électoral. Je ne peux pas violer la loi. En ce qui concerne le recomptage, ceci est prévu dans le cadre de la loi et se fait au niveau de la Cour constitutionnelle. Mes adversaires le savent, ils ont fait voter cette loi. Et quand cette loi a été votée, je n’étais même pas au gouvernement alors que certains d’entre eux y étaient”, précise le président gabonais.


Les résultats officiels publiés mercredi lui ont donné une très courte victoire devant Jean Ping de quelque 5 000 voix, le reconduisant pour un nouveau mandat de sept ans. Il a accusé son opposant revendiquant également la victoire, d’avoir fraudé. Ali Bongo s’en est également pris aux observateurs de l’Union européenne, affirmant que leurs critiques du scrutin étaient biaisées.

STK

Tag(s) : #politique, #POLITIQUE, #International, #AFRIQUE

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

FAIRE UN DON

Moi, J'aime SANGÖ TI KÖDRÖ et toi ?