Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


SANGÖ TI KODRÖ, Nous rapportons au peuple ce qui se fait, se vit ou se murmure en Centrafrique et au delà des frontières                      FLASH INFO ***   ACTUALITE : (CENTRAFRIQUE) Françis BOZIZE et Nouredine ADAM seraient les principaux commanditaires de ce projet de mutinerie en Centrafrique    JUSTICE : Le Tchad s'agite devant la volonté des ONG centrafricaines de traduire Idriss Deby en justice    EDUCATION : 380 jeunes sont récompensés par un certificat de fin de formation    SANTE : Les villages de Goulanga et Sakaï 2 dans les communes de Bimbo 3 et 4, bientôt disposeront d'un dispensaire    SECURITE : (CENTRAFRIQUE) Françis BOZIZE et Nouredine ADAM seraient les principaux commanditaires de ce projet de mutinerie en Centrafrique    POLITIQUE : La Centrafrique toujours "en danger" prévient Touadéra après 100 /    ECONOMIE : Plusieurs entreprises chinoises bientôt en Centrafrique, selon le ministre de l’économie Félix Moloua    OPINION : (RCA) La paix passe par l'élimination des mercenaires dans le pays /    SPORT : (FOOTBALL) Le PSG se régale en atomisant par 4 - 0 le Fc Barcelonea    MUSIQUE : Le 24 Avril, disparution de Papa WEMBA, désormais Journée Africaine de la Musique    INTERNATIONAL : (GAMBIE) Le soldat suspecté de vouloir assassiné le président Adama Barrow est toujours au arrêt        E-mail : sangotikodro1@gmail.com      Tél : 0023621201012
Cliquez pour lire la suite

Martin Nivyabandi, le ministre burundais des Droits de l'homme.
Martin Nivyabandi, le ministre burundais des Droits de l'homme.

Les soldats burundais à nouveau pointés du doigt dans une affaire d'abus sexuels en Centrafrique.

Annoncé Jeudi par le porte-parole de l'ONU, que les Casques bleus impliqués dans deux nouveaux cas d'agressions sexuelles présumées commises en mai sur des mineurs appartenaient au contingent burundais de la Minusca.


Une mesure que conteste Martin Nivyabandi, le ministre burundais des Droits de l'homme. « Le gouvernement burundais est très clair : il s’est engagé à sévir contre toutes violations de droits de l’homme, y compris les abus sexuels. Si on nous donne des preuves, si on nous dit que tel ou tel est responsable je vous garantis qu’il sera puni conformément à la loi et très sévèrement. Mais ce que nous évitons de faire, c’est de diaboliser tout un corps ou agir sur des soupçons. Vous ne pouvez pas collectivement punir tout un contingent. S’il y a des responsabilités, il faut les établir, décliner l’identité de la personne qui est coupable et la punir. Mais dire que vous allez punir collectivement tout un corps, ça devient une négation de son droit de participer à ces missions de la paix. »

Le ministre assure que le gouvernement « est en train de suivre le dossier ». « Et au moment opportun, on pourra vous donner une réponse qui soit la plus correcte possible », fait-il savoir.

Sango Ti Kodro

Tag(s) : #Actualité

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

FAIRE UN DON

Moi, J'aime SANGÖ TI KÖDRÖ et toi ?