Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


TRADUISEZ LE SITE ICI !!!
SANGÖ TI KODRÖ, Nous rapportons au peuple ce qui se fait, se vit ou se murmure en Centrafrique et au delà des frontières                      FLASH INFO ***   ACTUALITE : (CENTRAFRIQUE) Françis BOZIZE et Nouredine ADAM seraient les principaux commanditaires de ce projet de mutinerie en Centrafrique    JUSTICE : Le Tchad s'agite devant la volonté des ONG centrafricaines de traduire Idriss Deby en justice    EDUCATION : 380 jeunes sont récompensés par un certificat de fin de formation    SANTE : Les villages de Goulanga et Sakaï 2 dans les communes de Bimbo 3 et 4, bientôt disposeront d'un dispensaire    SECURITE : (CENTRAFRIQUE) Françis BOZIZE et Nouredine ADAM seraient les principaux commanditaires de ce projet de mutinerie en Centrafrique    POLITIQUE : La Centrafrique toujours "en danger" prévient Touadéra après 100 /    ECONOMIE : Plusieurs entreprises chinoises bientôt en Centrafrique, selon le ministre de l’économie Félix Moloua    OPINION : (RCA) La paix passe par l'élimination des mercenaires dans le pays /    SPORT : (FOOTBALL) Le PSG se régale en atomisant par 4 - 0 le Fc Barcelonea    MUSIQUE : Le 24 Avril, disparution de Papa WEMBA, désormais Journée Africaine de la Musique    INTERNATIONAL : (GAMBIE) Le soldat suspecté de vouloir assassiné le président Adama Barrow est toujours au arrêt        E-mail : sangotikodro1@gmail.com      Tél : (00236)72814948
Cliquez pour lire la suite

soldats burundais à Bangui
soldats burundais à Bangui

Les soldats burundais à nouveau pointés du doigt dans une affaire d'abus sexuels en Centrafrique. Jeudi, le porte-parole de l'ONU a annoncé que les Casques bleus impliqués dans deux nouveaux cas d'agressions sexuelles présumées commises en mai sur des mineurs appartenaient au contingent burundais de la Minusca. Ces nouveaux cas se seraient produits dans la région de Kemo, où des abus auraient déjà été commis par des soldats de maintien de la paix.

C'est une nouvelle embarrassante pour le Burundi, car ses soldats sont déjà mis en cause pour des affaires similaires dans la même région. En effet, depuis le mois de mars, une dizaine d'enquêteurs du Bureau des affaires internes de l'ONU parcourent la zone de Kemo.

Ils travaillent sur des cas d'abus sexuels datant de 2015, 2014 et même 2013 commis par des Casques bleus de la Minusca, des soldats français de Sangaris et de l'ancienne opération africaine Misca.

Le principe veut que ce soit aux pays contributeurs de troupes de mener les investigations. Une équipe d'enquêteurs burundais, mais également gabonais, eux aussi mis en cause, sont également sur le terrain.


Manque de preuves

« Nous manquons de preuves médicales, judiciaires et physiques. L'opération est sans précédent et très complexe », regrette un représentant onusien qui explique que la zone est très isolée, sans infrastructure.

Au total, 106 victimes présumées ont été interrogées. Une cinquantaine de témoins sont en train d'être entendus. Un manager vient d'être dépêché pour passer les dossiers en revue. Autant dire que les conclusions ne seront pas données avant au moins plusieurs semaines.

Ce sera ensuite aux différents pays de lancer d'éventuelles poursuites judiciaires. L'ONU pourra choisir de refuser ou rapatrier les troupes des Etats concernés. « Nous l'avons fait avec le Congo. L'Egypte a déjà condamné un de ses soldats. Certains Etats acceptent des tests ADN. Ce n'est pas assez, mais les choses avancent », explique une source onusienne.

Tag(s) : #Actualité

Partager cet article

Repost 0

FAIRE UN DON

Moi, J'aime SANGÖ TI KÖDRÖ et toi ?